Cérémonie réligieuse du 1er décembre 2018

Actualités - 01/12/2018

DISCOURS PRONONCE DE L’ABBE Freddy MBOULA

 A L’OCCASION DE LA CEREMONIE RELIGIEUSE DU 1er DECEMBRE 2018.

 

Excellence Monseigneur Joachim NDAYEN,

Archevêque Emérite de l’Archidiocèse de Bangui,

Excellence Monsieur Michel GBEZERA – BRIA,

 Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire, Représentant de la République Centrafricaine auprès de la République Française,

Monsieur le Directeur Régional du Village Enfants Copain du Monde,

Révérends Pères, Révérendes Sœurs,

Chers compatriotes,

Lille se sent honorée à chaque fois qu’elle accueille des évènements à caractère national. Je vous rendre un vibrant hommage à vous toutes et tous, qui avez bien voulu vous rendre présents à notre invitation pour prier et communier, faire mémoire et partager. Bienvenue dans notre paroisse où nul visiteur n’est étranger. Je voudrais bien faire mien les propos du poète et dramaturge latin TERENCE qui disait «  Je suis Homme, et je considère que  rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

Ce rassemblement se veut être un lieu d’hommage aux victimes d’une société en lutte pour la paix, de souvenir de luttes pour un idéal de paix et de liberté, des femmes, des hommes, mais aussi des enfants qui par le fait des privations, sacrifient  ou ont sacrifié leurs vies et celles de leurs familles pour la défense de cet idéal. Un idéal chargé de valeurs qui a conduit nos prédécesseurs à accéder à l’indépendance de notre pays.

L’accueil de l’autre, qui qu’il soit, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, est plus qu’un devoir. L’être humain où qu’il arrive, disait le philosophe Kant dans son livre intitulé : Projet de paix perpétuelle a droit à l’hospitalité, à la vie.

Se rassembler aujourd’hui, n’est pas un lieu de débat, qui nous rappelle les évènements qui marquent notre histoire car comme le déclare encore notre poète précédemment cité : « autant d’hommes autant d’opinions ».

 Chers compatriotes, cherchant plus ce qui nous unit. L’heure n’est plus à la division, ni à la démagogie. Aujourd’hui, c’est un moment la volonté de préservation de ces valeurs peut s’exprimer. Ces valeurs constituent le fondement même de notre cohésion nationale : une langue, une nation multiethnique, multiculturelle. Celles de la garantie de la paix, Celles de la solidarité entre les peuples, celles de l’espoir pour les générations futures, celles de l’Unité, de la Dignité et du travail. Ces valeurs qui rappellent aussi ce qui fait la fierté de la RCA : l’affirmation de notre appartenance à notre pays.

La volonté de l’ouverture au monde et sur le monde, la tolérance, le respect des différences, le respect de la dignité humaine, le respect des libertés religieuses, le refus des extrêmes.

En se mettant ensemble, pour faire face ensemble aux périls extrémistes, notre nation prendra la mesure du danger et comprendra que l’agir synergique est gage d’efficacité. Plus que jamais l’Unité est un besoin vital pour les centrafricains.  Soyons rassurés qu’il ne peut y avoir progrès et développement humain sans la paix et la sécurité. Pour gagner la crise en Centrafrique et parvenir à la paix au minima, il faut nécessairement gagner le combat de l’Unité, de la justice et du respect des droits humains.

En vous réitérant ma fraternelle et amicale bienvenue, je vous souhaite bonne et agréable rencontre à Roubaix.

Je vous remercie.